Articles phares,  Contemporain,  Critiques,  Fantastique/Horreur

« Les Lumières de septembre » Carlos Ruiz Zafon – Une relecture en demie teinte

Deux ans sans publier sur ce blog, et ironiquement, c’est avec une relecture d’un des premiers livres chroniqués ici que je reprends la plume. Mon article, vieux de cinq ans, s’est perdu dans les méandres d’internet, aussi un nouvel article au goût du jour me paraît le bienvenu.

Le Pumpkin Autumn Challenge de cette année m’a lancée dans une fièvre livresque délicieuse. Je dévore bouquin sur bouquin. J’ai beau m’être fait une PAL bien précise, impossible de ne pas diverger. Un titre m’est soudainement revenu en mémoire: « Les Lumières de Septembre ». Je me suis dit que c’était la période idéale (reprise du blog + mois de septembre) pour relire ce livre que j’ai toujours lié aux débuts du blog.

Carlos Ruiz Zafon, auteur catalan encore trop peu connu en France, est un maître dans le maniement du mystère, du fantastique et du gothique. Il manie comme personne les secrets de famille et les révélations inattendues. Sa plume est un pur délice, chacun de ses livres se déguste comme une pâtisserie.

Les Lumières de Septembre de Carlos Ruiz Zafon

Accablée par la perte de leur mari et père, la famille Sauvelle composée de Simon, désormais veuve, et Irène et Dorian, ses enfants, désireuse de changer de vie et d’échapper aux dettes du patriarche, décide de refaire sa vie et de prendre un nouveau départ. Simone, sa veuve, accepte un emploi d’intendante auprès d’un mystérieux fabricant de jouets, Lazarus Jann, qui doit désormais consacrer la plupart de son temps au soin de sa femme gravement malade. Le rôle de Simone est simple : entretenir l’immense manoir de son patron, Cravenmoore, remplie d’innombrables pièces et corridors qui se perdent dans l’obscurité, et peuplée de marionnettes qui semblent mener leur propre vie. Mais une force mystérieuse et violente va prendre possession des lieux et chercher à assassiner ses occupants.

MON AVIS

La première fois que j’ai lu ce livre en 2016, cela avait presque été un coup de coeur. J’étais une nouvelle fois tombée sous le charme de cette ambiance brumeuse et gothique dont Carlos Ruiz Zafon a le secret. Mais cinq ans plus tard, je ne me souvenais absolument pas de l’intrigue et de son dénouement.

Il est vrai que l’ambiance est toujours aussi prégnante, mais l’intrigue m’a davantage laissée de marbre lors de cette relecture. Contrairement à la première fois, j’ai vu le dénouement arriver d’assez loin.

Malgré tout, j’ai passé un très bon moment de lecture, avec quelques frissons au rendez-vous. Les descriptions glaciales de l’auteur nous plongent véritablement dans l’histoire, au point qu’on se projette presque les scènes comme sur une toile de cinéma. Une lecture idéale pour les soirs d’orage ou pour s’amuser à se faire peur.

Mis à part Irène et son amoureux, Ismaël, les personnages du récit ne sont pas particulièrement décrits ni mis en avant, mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela n’est pas dérangeant tant l’atmosphère est un personnage à part entière.

« Les Lumières de Septembre » n’est pas le meilleur titre de Carlos Ruiz Zafon, mais a le mérite de faire passer un très bon moment de frissons à son lecteur. Idéal pour le Pumpkin Autumn Challenge !

Si tu ne connais pas encore cet auteur que je ne peux que te recommander, je te conseillerais davantage de commencer par son premier best-seller, qui l’a rendu célèbre : « l’Ombre du Vent ». Mon livre préféré entre tous, donc mon conseil n’est peut-être pas totalement objectif. Mais malgré tout si tu aimes les secrets de famille, les ruelles sombres et mystérieuses parcourues de silhouettes fantomatiques recélant un terrible passé sur fond d’atmosphère lourde et gothique, fonce découvrir Carlos Ruiz Zafon. Et si je ne t’ai toujours pas convaincu.e, j’en parle un peu plus en détails dans mon article discussion sur la relecture de coups de coeurs.

Je te souhaite d’excellents frissons :).

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *